Agreement on the Conservation of Albatrosses and Petrels

WAD2023 : La pollution plastique

Laysan nesting in plastic Steven Siegel Marine PhotobankDes albatros Phoebastria immutabilis nichant au milieu de déchets plastiques rejetés par la mer sur l’atoll de Midway ; photographie de Steven Siegel, Marine Photobank


L’Accord sur la conservation des albatros et des pétrels a choisi « La pollution plastique » comme thème pour marquer la quatrième Journée mondiale de l’albatros, qui aura lieu le 19 juin 2023.  Cette problématique fait suite au thème inaugural de 2020 « Éradiquer les nuisibles des îles », de 2021, intitulé « Vers une pêche respectueuse des albatros et de 2022, Le changement climatique ».

WALD Logo 2023 French

Les albatros sont touchés par divers polluants, dont le plastique (certainement le plus visible et connu du public), que ce soit en l’ingérant et en le transmettant dans la nourriture aux poussins ou en s’enchevêtrant dans ce matériau.  Pour autant, d’autre polluants contaminent les albatros, notamment des métaux lourds (comme le mercure) et les POP (polluants organiques persistants, tels que les insecticides).  L’ACAP inclura donc ces produits ainsi que d’autres catégories de polluants dans sa campagne contre les plastiques lors de la Journée mondiale de l'albatros 2023.

Plastic bottle Soutrhern Royal AlbatrossUne bouteille plastique de 50 cl trouvée dans l’estomac d’un Diomedea epomophora (cliquer ici) ; photographie du ministère néozélandais de la Conservation

Deux nouvelles espèces d’albatros serviront à illustrer le thème de la Journée mondiale de l’albatros, avec des œuvres, des affiches, de l’infographie et une vidéo avec de la musique.  Il s’agit de l'albatros D. sanfordi, classé comme globalement menacé, endémique de la Nouvelle-Zélande et de l'albatros Thalassarche melanophris abondant et largement répandu.  En outre, il y aura également des informations sur les espèces choisies l’an dernier, l’albatros Phoebastria nigripes et l’albatros P. immutabilis du Pacifique nord, qui ingèrent plus de plastique que les espèces de l’hémisphère sud.

Campbell BBA Karen JoynesUn albatros T. melanophris/T. impavida échoué sur une plage, enchevêtré dans un fil en plastique attaché à un ballon, Dolphin Point, Nouvelle-Galles-du-Sud, Australie (cliquer ici) ; photographie de Karen Joynes

Au même titre que les 22 espèces mondiales d’albatros, d’autres Procellariiformes sont susceptibles d’avaler des morceaux de plastique qu’ils trouvent flottant en surface et confondent avec de la nourriture.  Parmi les exemples frappants, il y a ce puffin Ardenna carnepeis, en train d’avaler une grande quantité de plastique sur l’un des sites de nidification (cliquer ici).  Ce puffin fait partie des espèces qui avaient été préalablement identifiées par l’ACAP comme candidat éventuel pour sa liste des espèces à protéger (cliquer ici).

Flesh footed Shearwater dissection I. HuttonLourd fardeau : plastique en train d’être retiré de l’estomac d’un Ardenna carnepeis, photographie de Ian Hutton

L’ACAP envisage de promouvoir la Journée mondiale de l’albatros de 2023 en lançant un ou deux concours auxquels participerait le public, y compris des enfants.  Les concours organisés pour la première Journée mondiale de l’albatros ont été un succès, alors n’hésitez pas à suivre nos projets sur ACAP Latest News ainsi que les réseaux sociaux pour des annonces en temps voulu.

John Cooper, correspondant pour l’ACAP, xx/mois/2022